• Voyages / Reizen Magalie

Après 4 ans de fermeture, Club Med réouvre la partie rénovée de Djerba La Douce



Mardi 16 avril, Henri Giscard D’Estaing le PDG du Club Med, est venu inaugurer la rénovation du club de Djerba la « Douce ». Une cérémonie en grande pompe en présence du ministre du Tourisme tunisien, René Trabelsi, mais aussi d’Habib Ben Saad, le président du groupe Carthago propriétaire de l’hôtel, et d’Amel Hachani, la directrice de l’ONTT.


Si les autorités touristiques tunisiennes avaient fait le déplacement, c’est que le pays tient une place spéciale dans l’histoire du Club Med. La marque est arrivée sur l’île tunisienne en 1954 et exploite ce club de Djerba la Douce depuis 1972.  C’ »est un des lieux où est né notre histoire », confirme Henri Giscard d’Estaing, le président du Club Med.

Quatre ans après avoir fermé la partie « bungalows », le voyagiste mise lui aussi à nouveau sur l’île tunisienne. Avec 1050 lits pour cette saison 2019, il anticipe plus de 12 000 clients, soit 30% de plus qu’en 2018. Dès l’année prochaine, le resort atteindra une pleine capacité de 1 300 lits, et devrait même étendre sa saison durant 8 mois.

Une rénovation réussie

Que dire des nouveautés proposées par le Club Med dans ce club ? Tout d’abord, le nouveau bar, situé au centre au niveau de l’Aziza (un bâtiment de 120 chambres) est une véritable réussite. Faisant la jonction entre la piscine et la plage, il a été décoré avec goût et modernité, et sera parfait pour accueillir les soirées du club.


Les bungalows ont perdu leurs couleurs blanche et bleue, et se sont parés d’ocre. Des prises ont été ajoutées, les lits raccourcis, et les écrans plats ont remplacé les vieux téléviseurs afin de faciliter la circulation dans l’espace. Le restaurant La Pergola a lui aussi fait peau neuve. L’espace est agréable et bien pensé, le nouvel espace de restauration proposera des nouveaux espaces « stand » : classique, asiatique, tunisienne, pizza.

Reste à terminer le nouveau théâtre/salle de spectacle, qui pourra accueillir 1300 personnes. « Nous recevons une nouvelle moquette d’ici 15 jours, explique Matthieu Serry, le directeur produit pour la région Afrique. Et un nouveau système de sonorisation avant la fin du mois. » Enfin le spa, qui a changé de prestataire au profit de la marque parisienne « Payot », propose désormais hamam, sauna, piscine, salle de sport avec des appareilles tous neufs. Réussie, la rénovation de ce village mythique dans la vie de l’entreprise a coûté 1,5 million d’euros.



Trois tridents, et pas plus


Tous ces détails devraient faire du club le « meilleur rapport qualité-prix du Club Med, et même au Sud de la Méditerranée», selon Henri Giscard d’Estaing. Un positionnement attractif, mais qui ne devrait pas satisfaire les clients à forte contribution, ce qui est l’objectif désormais du Club Med. Henri Giscard d’Estaing assure qu’aucun changement de catégorie n’est prévu, trois tridents reflètent effectivement le standing proposé.


La zone Calypso, rénovée en 2009, affiche déjà quelques signes de vieillesse. Le wifi, qui devrait arriver avant la fin du mois de mai, n’est pour l’instant pas disponible dans les chambres. Seulement dans les parties communes.


Mais surtout le gros point noir, ce sont les algues qui s’amoncellent sur la plage. Les modifications successives du littoral ont perturbé l’écosystème et entraînent l’arrivée massive des herbes marines. « Nous travaillons avec des spécialistes, qui nous donnent des conseils pour faire disparaître progressivement les algues », explique Matthieu Serry. En attendant, le lit de goémon recouvre le sable blanc bloquant l’accès à la mer…



Article publié par L'Echo-Touristique

Created & Designed by WEBSKEYES